top of page
Rechercher
  • aurelielucas26

L'Eglise de Miquelon

Nous vous proposons cette semaine de nous attarder sur l’histoire de l’église de Miquelon !


« Notre Dame des Ardilliers » est la plus ancienne église de l’archipel.


Trois différentes structures se sont succédées depuis 1763, date de la fondation du village de Miquelon.


La première est construite après l’arrivée des Acadiens, au retour du Grand Dérangement. Nous sommes donc en 1763. Nous ne possédons aucune description ou dessin révélant l’aspect architectural de cette église. Nous pouvons cependant affirmer que l’emplacement est le même qu’aujourd’hui, avec une orientation d’Est en Ouest, comme la tradition catholique le veut, pour respecter la position du Temple de Jérusalem.


Concernant cette église, nous disposons de peu d’informations. Nous savons qu’elle a été financée par le père François-Paul Ardilier, héritier d’une très riche famille de neuf enfants, aidé par sa sœur, religieuse couvent de Notre-Dame-des-Ardilliers de Saumur, en France. Un siècle plus tard, la seconde église sera baptiser « Notre-Dame-Des-Ardilliers » en leur honneur.


La deuxième église est érigée après 1816, au moment où la population revient sur notre territoire suite à la rétrocession des îles Saint-Pierre et Miquelon à la France. La première avait auparavant été détruite par les forces britanniques lors de leur précédente invasion.


Pour rappel : la couronne britannique soutient le protestantisme, non le catholicisme !


En 1856, selon les archives du presbytère de Miquelon, l’église se trouve en très mauvais état. Victime de la rudesse du climat, elle accumule de nombreux dégâts matériels. Les habitants se rendent à l’évidence : il faut la reconstruire avec des matériaux plus résistants. Ainsi, le projet est voté par le diocèse, en métropole et le chantier débute en 1862. Ce troisième édifice est inauguré le 1e novembre 1865.


Notre église possède de nombreux détails très intéressants :

- L’Empereur Napoléon Bonaparte III a offert une reproduction du tableau « L’Assomption » du célèbre peintre espagnol Murillo. Elle est exposée au centre de la nef.


- Deux poteaux utilisés pour renforcer la structure de la toiture proviennent de deux naufrages différents. Le premier est le grand mât de la goélette « Ali Baba », échouée le 10 octobre 1900 et provoquant la mort de treize Saint-Pierrais. Le second provient d’une goélette appartenant à la Morue Française. D’autres poteaux sont également constitués de bois retrouvé sur les plages.

- Le clocher de l’église abrite trois cloches : Victoria-Blanche, Clément-Amélie et Marie-Jeanne. Cette dernière est un cadeau du Père Frédéric Heudes.


- Au nord de l’église, un vitrail représente Notre Dame de Mirande. Ce fait n’est pas anodin puisque Mirande se situe au nord de l’île de Miquelon.


- Un vitrail forgé en l’honneur de « Notre Dame Des Retrouvés » commémore l’incroyable histoire du Père Vauloup.


- D’autres vitraux illustrent les activités qui animent le village : la chasse, l’agriculture et la pêche.


Tous ces détails de l’église en font un bâtiment qui met en avant l’histoire et le patrimoine de Miquelon. N’hésitez pas à venir découvrir ces œuvres d’art !


L’église est classé « Monument Historique » en 2011.


Le canoé des Mi’kmaqs, à Miquelon depuis les évènements commémoratifs de 2004, et classé lui-même aussi aux titres des monuments historiques depuis 2020, y est également exposé momentanément.





45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page